Article paru dans Guitarist Classic Acoustic n°6

Modèle conservatoire

Jeune luthier français aujourd'hui installé dans le sud de la France, où il a commencé ses études de lutherie, Vincent Engelbrecht travaille d'abord deux ans dans le sud de l'Espagne, à Grenade, où il créé un petit atelier et fabrique ses premières guitares classiques, avant de revenir en France. Tâtant avec autant de bonheur des guitares à cordes métal et autres basses acoustiques, il nous propose ici une très jolie guitare d'étude qui, dès les premières notes, nous laisse penser qu'elle a déjà tout d'une future guitare de concert.

A la loupe

Ce qui saute aux yeux de prime abord, c'est la beauté des essences et la qualité des finitions : pour un instrument de ce prix (1750 euros), on al'impression d'avoir affaire à une guitare de type semi concert. Ce modèle conservatoire possède une très belle table en cèdre, les éclisses et le dos étant constitués d'un palissandre indien massif de toute beauté, traversé d'une barre centrale en acajou du plus bel effet. Orné de très belles mécaniques "Gotoh", la tête, comme le manche, est en cèdre, la touche en ébène. Le chevalet en palissandre offre un double perçage par corde, ce qui permet un meilleur blocage et évite l'étranglement de ces dernières à leur sortie. Ainsi, l'augmentation de la surface de contact, aussi bien qu'un meilleur appui sur le sillet, vont entrainer une meilleure vibration.

Prise en main

Le réglage de l'action étant plutôt bas, l'instrument ne doit pas être joué avec force. Très galbé, le manche s'avère particulièrement confortable : 65 cm de diapason, avec un espace entre le Mi aigu et le Mi grâve de 5,7 cm au chevalet et un sillet de tête de 52 mm. C'est un fait, ce modèle se révèle très facile. La sonorité générale, puissante et chaleureuse apparait joliment timbrée, avec des aigu cristallins et des basses amples. Le sillet de chavalet compensé procure une justesse impeccable, chaque corde ayant une encoche à une distance différente, permettant une stabilité accrue. Le manche renforcé développe également cette brillante particularité. Enfin, le frettage au niveau de la touche joue la carte de l'esthétique, avec notamment des arrêtes magnifiquement polies, ce qui écarte toute blessure accidentelle.

Guitare d'étude ou semi-concert ?

En effet, cette guitare se situe dans une tranche de prix qui la placerait dans la gamme des guitares d'étude dites "conservatoire", mais sa qualité de construction et les matériaux utilisés en font presque une guitare de concert, la frontière entre les deux étant mince. Idéale pour un élève de 3ème cycle de conservatoire, cette Engelbrecht peut être également un très bon choix pour le professeur lors de son enseignement. Sa ligne sobre, la délicatesse des filets, la marqueterie très originale de la rosace, la qualité des essences font en effet de ce modèle Conservatoire un instrument de grande tenue au rapport qualité/prix inattaquable. Nul doute que nous verrons d'ici peu une Engelbrecht de concert voir le jour. En attendant, dans la catégorie des guitare d'étude ou semi-concert, où peu de choix s'offrent à nous, il est heureux de savoir que de tels instruments existent.